Share with:


Bonjour Marie Cochard, et merci d’avoir accepté cet interview.

 

  • Pouvez-vous dans un premier temps vous présenter, et aborder rapidement votre parcours, vos passions, votre univers… ?

Bonjour, je m’appelle Marie, je suis éco-journaliste et auteure (« Les épluchures, tout ce que vous pouvez en faire », « Notre aventure sans frigo », co-fondatrice du mook Druidéesse, passionnée par les sagesses ancestrales, initiée à la cueillette sensible, à la gemmothérapie et à la sylvothérapie. Amoureuse d’un Olivier, photographiste et co-fondateur de Druidéesse et maman-louve de deux enfants, Merlin (9 ans) et Myrtille (6 ans).

 

  • Au départ vous étiez rédactrice en chef du magazine d’éco art de vivre « Green attitude», donc déjà dans le domaine de l’écologie.

Comment en êtes-vous arrivés à la thématique du zéro déchet ?

Journaliste, j’ai commencé à m’intéresser à l’éco-art de vivre quand j’attendais mon premier enfant. J’ai commencé à écrire pour un magazine canadien, né à Toronto, Pure Green, puis pour sa version française Green Attitude, avant d’être promue rédactrice en chef de celui-ci. Pas à pas, j’ai changé mon mode de vie, à commencer par la création d’un petit jardin potager qui na pas été sans évoquer celui dans lequel j’ai passé tant de temps enfant, celui de mon grand-père ! Je recevais en parallèle un panier de producteurs, chaque fin de semaine. N’ayant pas de compost (nous avions à l’époque un petit jardin de ville), je me suis ensuite intéressée à la réduction des bio-déchets ou plutôt à la mani ère dont je pouvais les recycler !

Où avez-vous appris toutes ces recettes pour recycler les épluchures dont vous parlez dans votre livre : Les épluchures: Tout ce que vous pouvez en faire. Cuisine, jardin, beauté, soin.

  • J’ai glané tous les trucs répertoriés dans cet abécédaire auprès des aînés ! Convaincue que les anciens avaient un bon sens qui s’est perdu, j’ai effectué un « road-trip » dans les Landes, en Bretagne, en Normandie… afin de collecter leurs astuces « anti-gaspi ». J’ai moi-même été surprise d’en récolter autant ! Finalement, je n’avais pas assez d’un livre pour tout partager !

 

  • Dans votre livre vous expliquez que c’est justement dans les épluchures que l’on trouve le plus d’antioxydant et le plus de richesse ? Donc on se prive de beaucoup de choses en épluchant et jetant tout cela ? Qu’en pensez-vous ?

Oui, j’ai compris que nous avions perdu nombre de « sagesses » de nos aînés ! Mais pour pouvoir « consommer » ou « recycler » pelures, écorces, fanes.. encore faut-il que celles-ci proviennet de fruits et légumes issus de l’agriculture biologique ! Nous avons, en effet, cesser de cuire les aliments dans leur peau, à partir du moment où, ceux-ci ont été cultivés à grande échelle, à grand renfort d’OGM, de pesticides… J’évoque souvent mes souvenirs de cuisine de mon grand-père, qui faisait cuire ses pommes de terre du jardin en robe des champs, son ail en chemise ou encore ses pommes du verger dans leur peau… Et ces noms, tellement évocateurs de saveurs, comme des promesses…

  • Vous avez également écrit un autre livre « Notre aventure sans frigo ou presque …» – C’est toujours ici une démarche de circuit court, le désir de ne rien jeter. Et plus encore de percevoir et de traiter l’aliment autrement ? Étais cela l’idée de départ ? Est-ce possible dans la société actuelle ?

 L’idée de cet ouvrage était une fois encore, de partager des astuces de conservation plus « naturelles »… L’arrivée du réfrigérateur, véritable Totem de nos cuisines actuelles, coïncide en effet avec le début du gaspillage alimentaire que l’on connaît (soit près de la moitié des aliments achetés, jetés ! Le calcul est vite fait, si nous arrêtions de jeter et si les répartitions étaient mieux faites, nous aurions la possibilité de nourrir tous les humains que compte la planète !

  • Sur votre site : https://lacabane-antigaspi.com/ ( le lien : ICI )vous avez une catégorie Le locavorisme (définition wikipédia pour nos lecteurs) : “Lovavorisme ou  mouvement locavore est un mouvement prônant la consommation de nourriture produite dans un rayon allant de 100 à 250 kilomètres maximum autour de son domicile. On nomme locavore une personne qui adhère au locavorisme.”

Pouvez-vous nous en dire plus ?

Pour moi, il s’agit d’un premier pas… se renseigner sur le produit, sur son origine, essayer au maximum d’éviter de consommer des aliments qui viennent de loin, devenir Consoma(c)trice ! Et puis éprouver de la gratitude pour celles et ceux qui travaillent notre Terre, dans le respect, en imaginant des alternatives et de fait, respecter chaque fruit, chaque légume… qui nourrit notre corps (évidemment!) mais également notre Âme et notre Esprit !

 

  • Pouvez-vous également nous parler de votre nouveau magazine «  Druidéesse » ( le lien : ICI ) Dont le numéro #3 est prévu pour septembre 2019 …Que souhaitez vous transmettre à travers ce magazine ?

 Avec ce magazine, qui paraît seulement pour l’équinoxe de printemps et l’équinoxe d’automne, nous invitons chacun(e) à se reconnecter à la Nature et à sa propre Nature, par le biais de RECETTES, de REMÈDES et de RITUELS, comme autant de portes d’entrée vers un mode de vie en harmonie avec tout ce qui nous entoure, amis aussi avec nous-même. Il s’agit d’une incroyable aventure humaine, avec les contributeurs et contributrices, ma Tribu comme j’aime l’appeler et puis les pages sont jalonnées de rencontres, extrêmement inspirantes…

 

  • Avez-vous d’autres projets pour le futur, une nouvelle thématique que vous aimeriez explorer ou d’ autres sujets à aborder ? Ou des projets différents ?

J’ai à cœur de poursuivre ce projet de vie, ce projet de couple, avec Druidéesse. Il s’agit vraiment d’un projet qui vient du fond de nos cœurs, qui nous fait vibrer, aussi souhaitons-nous le faire perdurer…

 

  • Y a-t-il des auteurs, des livres en particulier, des célébrités ou juste des personnes qui vous ont inspirés dans votre parcours dans le zéro déchet ? Si oui, pouvez-vous nous en citer quelques un(e)s ?

J’ai eu la chance de rencontrer mon pendant québécois, en la merveilleuse personne de Florence-Léa Siry (@chicfrigosansfric), nous avons énormément partager sur nos pratiques anti-gaspillage et zéro-déchet et continuons de le faire aujourd’hui ! Quel bonheur de découvrir que d’autres merveilleuses actions sont portées par de belles âmes inspirantes outre-Atlantique !

  • Un message pour ceux qui liront cet article ?

Écoutez votre cœur, lui seul sait.

 

La Newsletter : les fées du green

Recevez chaque fin de mois les derniers articles du blog pour être sûr de ne rien rater -😍 Avec en bonus  le résultat du tirage du concours permanent mensuel.(pour plus de détails voir ici)

Hello ! Ah les fautes d’orthographe😩😩….Elles peuvent parfois échapper à notre vigilance..😱😱.C’est pourquoi si vous en trouvez ici, n’hésitez pas à m’en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Merci !!!!

Share with:


Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :